logo Najeti

Nos autres destinations

+33 (0)9.70.38.34.95

Avez-vous visité tous les hôtels Najeti ?

Les golfs Najeti

hotel hardelot Hôtel du Parc
Découvrir

hotel boulogne Hôtel Château Cléry
Découvrir

hotel golf saint omer Hôtel du Golf
Découvrir
hotel saint omer Hôtel Château Tilques
Découvrir

hotel arras Hôtel de l'Univers
Découvrir
hotel beaune Hôtel de la Poste
Découvrir

hotel avignon Hôtel la Magnaneraie
Découvrir

hotel saint raphael Golf Hôtel Valescure
Découvrir
golf saint omer Aa Saint-Omer Golf
Découvrir

golf saint raphael Golf de Valescure
Découvrir
hotel avignon

Un peu d'histoire...

Découvrez la fabuleuse histoire du Najeti Hôtel la Magnaneraie

calendrier réservation

Réservez en direct

Je réserve
ombre

Histoire de la Magnaneraie

histoire magnaneraie

Aux temps où les Papes avaient élu Avignon comme siège de la Chrétienté, La Magnaneraie faisait partie de l'une des nombreuses Livrées cardinalice de Villeneuve-Lès-Avignon (demeures où résidaient les cardinaux).

Au XVIème siècle existait déjà une maison de campagne qui s'appelait « La Ripaille ». C'était le lieu de rendez-vous des gens d'esprit de Villeneuve lez Avignon. Là, en 1703, un gentilhomme d'Aramon, Monsieur DE POSQUIERES, vint s'installer à Villeneuve et, sans doute pour se consoler de la mort de sa femme, décida d'instituer un nouvel ordre qu'il nomma « L'Ordre de la boisson de l'étroite observance ». chronique rapporte qu'il avait eu « dés le ventre maternel, imprimée sur le front, une grappe de raisins rouges » ! Il fut donc immédiatement et à l'unanimité élu Grand Maître. Puis les membres de l'ordre nommèrent pour établir les statuts, le Viguier Royal de Villeneuve, François MOURGUIER, grand érudit et poète. Celui-ci composa aussitôt un couplet pour la réception des nouveaux membres :

« Frère François Réjouissant
Grand Maître d'un ordre bachique
Ordre fameux et florissant
Fondé pour la santé publique
A ceux qui le présent statut
Verront et entendront, Salut ! »


Frère François Réjouissant était Monsieur DE POSQUIERES, et les membres avaient tous un nouveau nom : Frère BOIT SANS EAU, LE GOINFRE, Jean DES VIGNES, LA BUVETTE, DE FLACONVILLE, etc… Le secrétaire, Frère ALTERE, signait les diplômes revêtus d'un cachet de cire rouge. Les armes de l'Ordre étaient deux mains dont l'une versait du vin d'une bouteille et l'autre le recevait dans un verre… La devise : DONEC TOTUM REPLEAT signifiait : Jusqu'à ce qu'il soit rempli tout entier ! A la fin des festins, les membres de l'Ordre buvaient dans un certain verre de cérémonie d'un diamètre prodigieux.

L'Ordre, sous l'impulsion de François MOURGUIER, prit une grande expansion dans tout le midi. Malheureusement, François mourut d'une 19ème crise d'apoplexie en 1725. L'Ordre dura encore dix ans...

Au cours des ans, « La Ripaille » s'agrandit et devint une vaste propriété agricole : une Magnanerie destinée à l'élevage des vers à soie. Le nom commun s'est transformé au fil du temps pour devenir le nom propre Magnaneraie.

En 1914, LUGNE POE, homme de théâtre, l'achète et veut en faire un domaine vinicole. Il meurt en 1940 et le domaine est morcelé entre ses héritiers. Un Monsieur RODE en fait ensuite une hôtellerie.

En 1971, Eliane et Gérard PRAYAL deviennent les heureux propriétaires de La Magnaneraie, en font une demeure charmante et accueillante, où l'on fait encore meilleure chère qu'au temps de « La Ripaille » ou de « l'Ordre de la boisson de l'étroite observance ».

Enfin, c'est en 2000 que Monsieur DURAND, PDG du groupe Najeti tombe littéralement sous le charme de cette maison et en fait acquisition. Depuis, c'est avec respect de l'authenticité et du bon goût que la demeure renaît pour offrir à ses hôtes un cadre intime, chaleureux, et raffiné.

Nous vous souhaitons de passer un agréable séjour et espérons vous y accueillir de nombreuses fois.